La méditation, pour qui pour quoi?

Tout d’abord je vous souhaite à tous une année riche de joie, de santé. Que vos désirs s’accomplissent et que vos proches soient exempts de soucis et de souffrance.

Puisse cette année vous apporter tout ce que vous souhaitez.

 

Pour commencer l’année, je vous propose une présentation de la méditation.

Les idées reçues sur la méditation sont nombreuses. On s’imagine souvent un moine calme et paisible. On pense aussi que méditer consiste à se vider l’esprit. Enfin, on l’associe souvent avec un courant babacool des années 70 ou au mouvement New âge.

Hors la méditation c’est autre chose. Et il  y en a de nombreuses différentes.

 

Faisons un petit tour d’horizon de cette pratique ancestrale :

La méditation chrétienne :

On l’appelle aussi la prière contemplative, elle se fait dans le silence. Le but est d’entrer en contact avec le Christ, quand le mental s’est arrêté. Les chrétiens méditent sur la parole de Dieu, et ce qu’elle leur révèle.

La méditation transcendantale :

Cette technique a été introduite en occident la Maharishi Mahes Yogi. C’est une technique mentale de relaxation et de « développement de la conscience ». Elle se pratique en récitant un mantra qui se présente sous la forme d’un ou plusieurs mots ou une phrase à répéter sur un certain rythme. Elle permet d’atteindre un état de calme profond : la transcendance, qui induit une détente corporelle intense.

La méditation zen ou zazen :

Le zazen est la posture de méditation du bouddhisme zen. Les deux écoles les plus connues en occident sont l’école Soto et l’école Rinzai. L’attitude consiste à laisser les images et les pensées surgir sans chercher à les modifier. En maintenant un tel état, le pratiquant peut atteindre un « état au-delà de toute pensée »

 

 

 

La méditation vipassana :

Elle consiste à observer les choses telles qu’elles sont. Elle est l’essence de toutes les méditations. Elle consiste à se concentrer souvent sur sa respiration, et de laisser passer les idées sans s’y accrocher.

La méditation de pleine conscience ou « mindfullness » :

Cette forme de méditation occidentale est profondément basée sur la forme vipassana. En plus des pratiques formelles (assises, en marche, allongé), elle propose aussi d’introduire la pleine conscience dans tous ses actes du quotidien.

Il existe d’autres méditations basées sur des visualisations.

 

 

Les bienfaits de la méditation sont maintenant connus. Les pratiquants constatent souvent un bien-être lorsqu'ils pratiquent régulièrement. Elle a un impact sur le stress, mais aussi sur les capacités cognitives : meilleure concentration, plus grande clarté d’esprit. Des études ont même prouvées une augmentation de la substance grise. Elle permet aussi d’augmenter son immunité, et de favoriser le processus de guérison. Une étude a été faite sur des patients atteints de psoriasis : le fait de pratiquer la méditation lors des séances de photothérapie a multiplié par 4 les taux de guérison chez les personnes qui pratiquaient. Impressionnant !

Par ailleurs la méditation de pleine conscience a été développé pour pallier aux dépressions chroniques, à la douleur.  Les participants ont constaté une amélioration de leur symptômes et parfois même leurs disparitions.

 

Tout le monde peut-il méditer ?

Je pratique maintenant depuis 10 ans, et chaque fois que je parle de cette pratique, la réponse est souvent la même : « ah j’en aurai bien besoin, je suis si stressé ». En effet, la méditation réduit considérablement le stress. Mais elle ne peut se substituer à un travail thérapeutique plus profond si celui-ci s’avère nécessaire.

On attend souvent de la méditation qu’elle règle tous nos problèmes de mal être. Hors, dans toutes les pratiques, la même consigne revient : « lorsque vous méditez, n’attendez rien, laissez venir les choses comme elles sont, sans rien vouloir changer, ni rien modifier ». C’est une grande erreur de s’engager dans cette pratique en espérant, en souhaitant, en désirant absolument atteindre un but. Il faut simplement pratiquer régulièrement, les choses évolueront si elles doivent évoluer.

Je déconseille aussi fortement cette pratique aux personnes rencontrant d’importantes difficultés psychologique, des troubles de l’attention ou des dépendances en cours (alcool, drogues, médicaments). La méditation ne doit en aucun cas se substituer à un travail de psychothérapie.

Par contre, je conseille fortement d’initier ses enfants à cette pratique. Il existe un excellent livre qui peut vous aider : « calme et attentif comme une grenouille » de Eline Snel. Il est accompagné d’un cd audio.

 

 

Alors je m’y mets ?

Se mettre à pratiquer seul peut être difficile au début. Il est préférable de participer à un groupe, au moins au début. Une fois familiarisé avec les techniques, pratiquer quotidiennement est important. De plus en plus de groupes se créent qui proposent une pratique régulière afin de renforcer sa pratique individuelle. Vous pouvez aussi participer à des sessions d’initiation.

Une fois formé, on peut aussi envisager de faire une pratique plus intense en participant à des journées complètes, des week-ends et même des semaines complètes. Méditer ainsi de façon intensive permet d’approfondir vraiment sa pratique et d’en faire un outil du quotidien aussi.

Vous trouverez ci-dessous quelques lieux qui proposent des retraites ou des pratiques régulières.

Alors, bonne pratique !

 

http://www.dhamma.org/fr/index

http://sakyamuni-vipassana.fr/

http://maisondelinspir.over-blog.com/

http://villagedespruniers.net/