L'allergie

Qu’est ce que l’allergie ?

Le terme désigne une réaction anormale, excessive de l’organisme face à un agent extérieur. Cet agent peut être un aliment, une substance volatile, une plante, une fleur, ou une substance artificielle.

Son mécanisme se met en place en deux phases :

Il y a d’abord un premier contact avec l’allergène mais aucun signe de rejet.

Puis  un deuxième contact a lieu. C’est la phase de réaction avec tous les signes dont voici quelques-uns : éternuements, nez qui coule, yeux qui piquent, parfois de l’asthme, dérangements intestinaux, nausées, éruptions et/ou irritations cutanées.

 

Quelles sont les causes de l’allergie ?

Tout d’abord, il y a des facteurs génétiques. Des études ont montré que si l’un des parents est allergique, le risque pour l’enfant se situe entre 20 à 40%, si ce sont les deux parents, celui-ci monte à 60-80%. Toutefois ce n’est pas irréversible, et même avec deux parents allergiques, on peut soi-même y échapper. Nous verrons dans les solutions à mettre en place comment mettre toutes les chances de notre côté.

L’environnement : la multiplicité des polluants atmosphériques expliquerait l’augmentation des personnes atteintes d’allergie. Il faut être conscient que ces polluants ne sont pas seulement à l’extérieur mais aussi dans les maisons. Par ailleurs, des études montrent que les enfants qui naissent au contact de nombreux animaux (dans les fermes par exemple) développent moins d’allergies que ceux élevés dans un environnement aseptisé.

Des facteurs divers : tabagisme, flore déséquilibrée, faiblesse immunitaire.

 

Que faire pour prévenir ou calmer l’allergie ?

Les préventions pour la femme enceinte, des études ont montré les points suivants :

-          L’introduction du gluten entre 4 et 6 mois diminuerait les risques d’allergie au gluten

-          Le microbiote intestinal de bonne qualité préviendrait les risques d’eczéma chez l’enfant. Pour cela, la future maman doit transmettre à son bébé une bonne flore intestinale. Une prise de probiotique approprié quelques mois avant l’accouchement et pendant toute la durée de l’allaitement est une bonne prévention. La durée de supplémentation dépendra de la qualité du microbiote au départ.

-          L’allaitement préviendrait le développement de l’asthme et de l’eczéma atopique.

-          L’introduction plus tardive de l’alimentation solide (4 à 6 mois) diminuerait le risque d’allergie alimentaire.

La future maman doit aussi : ne pas fumer, éviter les polluants, le paracétamol et les corticoïdes, et consommer en quantité suffisante des omégas 3, de la vitamine D et des antioxydants.

Les évictions :

C’est évidemment l’une des premières mesures à mettre en place si l’allergie ou l’intolérance est avérée. C’est compliqué lorsqu’il s’agit d’une allergie aux acariens qui se trouvent partout dans notre environnement, ou les pollens. Il y a toutefois des règles qui peuvent aider : utiliser des housses anti acariens pour la literie, éviter la moquettes et les tissus d’ameublement surtout dans la chambre, aérer chaque jour, se changer en arrivant à la maison (pour éviter d’amener les pollens à la maison), se laver les mains régulièrement et faire des douches nasales.

Les nutriments qui peuvent aider :

Les probiotiques : nous avons vu qu’une bonne flore contribue à baisser les signes de l’allergie.

Les acides gras de type omégas 3 : la réaction allergique déclenche un processus inflammatoire qui est souvent bien calmé par la prise d’omégas 3. Pour rappel vous les trouverez dans les poissons gras : maquereaux, sardines, anchois, saumon, thon, mais aussi dans les huiles de colza, noix, lin ou camelline.

Les plantes :

Le cassis pour son activité anti-inflammatoire.

Le plantain a démontré lors d’études d’une bonne activité antihistaminique.

L’acide rosmarinique, présent dans les plantes de la famille des lamiacea (romarin, sauge, sarriette, mélisse), a montré son efficacité lors de rhinites allergiques. Il faut en consommer entre 50mg à 200mg, d’où l’intérêt de vérifier la teneur dans les compléments alimentaires.

Toutes ces mesures mettent un peu de temps à montrer leur efficacité, mais ça vaut le coup de persévérer.