Pourquoi les enfants bougent tout le temps?

Entre 2 et 6 ans, un enfant ne sait pas exprimer ses émotions par la parole, et va donc les manifester corporellement. En grandissant, il va intérioriser ses émotion et les exprimera de façon différente : il pourra utiliser des mots ou des images.

Bouger, c’est aussi une façon pour l’enfant de relâcher les tensions : les sollicitations multiples auxquelles il est confronté l’amène à découvrir et à apprendre, mais cela sollicite beaucoup son cerveau, attise sa curiosité. Bouger lui permet de relâcher toutes les tensions que cela génère en lui.

Le mouvement va aussi aider l’enfant à développer sa coordination, en répétant plusieurs fois des mouvements qui nous paraissent naturels, l’enfant développe sa motricité et sa connaissance du monde qui l’entour.

Le mouvement lui permet de développer sa sociabilité : c’est son moyen de se rapprocher des autres, d’apprendre comment entrer en relation avec les humains qui l’entourent.

Comment augmenter malgré tout la concentration de son enfant ?

Pour permettre aux enfants de trouver des temps calmes dans la journée, vous aurez donc compris qu’ils doivent avoir trouvé dans leur journée l’occasion de libérer leurs tensions à travers une activité physique adaptée. Pour cela un enfant a besoin de faire au moins 1h d’activité physique par jour.

Limiter les écrans :

  • Avant 2 ans, aucun écran pour les enfants (même celui du téléphone portable), et pas de télévision avant 3 ans.
  • Entre 2 et 5 ans c’est 1h maximum par jour, et 2h maximum pour les enfants entre 5 et 11 ans.

 

Les études sont maintenant de plus en plus nombreuses à montrer des impacts de l’exposition aux écrans : retards de langage, apprentissage plus difficile, manque de concentration et même stress pour les ados qui sont sur Facebook (1/4 d’entre eux seraient victimes de rumeurs ou d’insultes sur ce réseau social).

 

Apprendre de façon ludique :

Pour les enfants qui sont fâchés avec les devoirs, vous pouvez essayer de rendre plus ludiques les apprentissages :

  • Dessiner la leçon d’histoire ou de géographie plutôt que d’apprendre un texte par cœur.
  • Parcourir la maison en nommant les objets en anglais pour réviser la leçon de vocabulaire.
  • Devenir l’élève de votre enfant en lui demandant de vous expliquer la leçon de math, de grammaire. Il se met au tableau et il joue à l’instit. Cela va renforcer sa confiance en lui.
  • Faire une recette de cuisine ensemble : on prend les quantités pour deux et on fait la recette pour 6, par exemple. L’enfant apprendra ainsi la règle de 3, et va manipuler les maths sans s’en rendre compte.
  • Aller en forêt pour identifier les arbres, et les plantes, va l’amener à découvrir dans la réalité.

 

 

 

 

Savoir faire des pauses :

Faire des pauses est aussi indispensable que de bouger. Aujourd’hui, les enfants sont souvent sur sollicités, par les activités à l’école, mais aussi par les activités de loisirs, le sport, et ils ont perdu la capacité à ne rien faire si nécessaire pour reposer leur cerveau.

Vous trouverez surement des idées dans mon livre « Méditer avec ses enfants », paru aux Editions Jouvence. Mais voici un exercice que vous pouvez faire pour calmer le mental, et apprendre à votre enfant à ressentir l’agitation. Faites cet exercice avec votre enfant et partagez ensuite vos ressentis.

« Je suis une algue au fond de la mer » :

Debout, les pieds bien ancrés au sol, je m’imagine que je suis une algue au fond de la mer. Parfois la mer est calme, et parfois la mer s’agite beaucoup.

Quand la mer est calme, je bouge tout doucement, puis la mer s’agite, alors je m’agite aussi très fort, mais mes pieds ne bougent pas. Tout mon corps bouge au gré des flots qui s’agitent.

Puis le calme revient, la mer devient très calme, mais je suis dans l’eau, et l’eau bouge toujours un peu, alors peut être que je peux sentir des toutes petites vibrations dans mon corps

J’espère que trouverez cet exercice amusant.

 

Enfin, pour terminer, je voudrai vous suggérer de pratiquer une attitude de pleine conscience avec vos enfants, celle qui consiste à développer l’œil du débutant. Quoique vous sachiez sur votre enfant, quoique vous ayez partagé avec lui, essayez le plus régulièrement possible de le voir comme si c’était la première fois, en vous libérant de tous les jugements ou idées que vous avez pu vous faire à son sujet. Redécouvrez le chaque jour, sans vous dire : « il/elle est comme ceci ou comme cela ».

Bonne pratique, prenez soin de vous,

 

Isabelle