5 fausses idées sur la méditation qui ont la vie dure.

 

Avez-vous déjà entendu dire que la méditation permettait de supprimer le stress, les pensées, les émotions, qu’elle pouvait même remplacer une thérapie ?  En fait, C’est absolument faux !

 

Faire de la méditation en pensant qu’on va supprimer le stress de sa vie, que nos pensées vont s’envoler, que toutes les émotions négatives vont disparaître,  est une grave erreur, vous ne ferez que renforcer votre mal être et vos émotions négatives. Vous ne ferez que renforcer vos pensées si vous pensez que vous pouvez les supprimer grâce à la méditation, vous ne ferez que renforcer votre stress si vous vous installez dans la posture pour vous calmer, vous ne ferez que renforcer votre agacement.

 

Et vous allez comprendre pourquoi, et si vous pratiquez, vérifier si vous pratiquez dans la bonne attitude.

 

Les idées reçues sur la méditation sont nombreuses. On s’imagine souvent un moine calme et paisible. On pense aussi que méditer consiste à se vider l’esprit et à ne plus avoir de pensées. Ou alors, on s’imagine qu’il suffit de s’assoir 5 minutes en posture du lotus et de focaliser son attention sur sa respiration, et hop, tout va mieux

1ère fausse idée : « La médiation supprime les pensées » : en fait, la méditation consiste, non pas à essayer de supprimer les pensées, mais à constater leur flot incessant sans se laisser embarquer. Imaginez-vous assis au volant de votre voiture, vous vous  apprêtez à rentrer chez vous, mais avant vous avez quelques courses à faire, et vous  voilà en train de penser à toute la liste de ce que vous devez acheter. Vous arrivez au magasin, et vous n’avez pas été conscient pendant une seule minute de votre trajet en voiture. Au-delà du fait que conduire dans cet état peut être dangereux (vous n’êtes pas du tout attentif à la route et à ce qu’il se passe autour de vous), faire une liste vous aurait éviter toute cette charge mentale. 

Par ailleurs, lorsque vous méditez, si vous essayez de repousser les pensées, alors elles reviennent encore plus. L’attitude appropriée est plutôt de constater qu’il y a une pensée : « ah tiens une pensée sur le boulot ! Ah tiens une pensée sur les courses ! », Et de revenir à votre objet d’attention : la respiration, les sensations du corps. Plus vous repoussez vos pensées et plus elles vont revenir.

2ème fausse idée : « La médiation supprime le stress » : en fait, le stress ne peut pas être supprimé. Vous aurez toujours des événements stressants dans votre vie, même si vous méditez, vous pouvez perdre votre travail, avoir des soucis d’argent, et votre machine à laver peut tomber en panne. La méditation vous permet de ne pas rajouter de pensées angoissantes à ces événements, de ne pas tomber dans des ruminations négatives, mais de prendre du recul. Si vous pratiquez régulièrement, vous constaterez, au fil du temps, que vous ne nourrissez plus de pensées ruminantes. Par exemple pour votre machine à laver, peut-être qu’aujourd’hui, si cela vous arrive, vous vous dites : « oh là là, je n ‘ai pas de chance ! Juste maintenant que je n’ai pas le temps de m’occuper de cela, etc. ». La méditation vous permet de faire un pas de côté mentalement, et  vous dire plutôt  « ok, bon puis je le faire réparer ? Sinon, comment en trouver une pour être livré rapidement ? ». L’évènement stressant est toujours là, mais vous ne l’appréhendez plus de la même manière.

3ème fausse idée : « Les gens qui méditent ne ressentent plus rien » : cette idée vient du fait que les méditants aguerris ne réagissent plus au quart de tour aux évènements qui leur arrivent. Contrairement à ce que l’on a tendance à penser, la méditation ne supprime pas les émotions, elle permet simplement, comme avec le stress ou les pensées, de prendre du recul, de ne pas laisser les émotions nous faire dire ou agir de manière inapproprié. En étant davantage connectés à leur ressentis corporels, les méditants perçoivent plus rapidement les émotions qui sont en train de naître en eux, et plutôt que de chercher à les supprimer ou à les refouler, ils apprennent à ne pas laisser le mental les nourrir, mais restent simplement à accueillir cette émotion avec beaucoup de douceur et de bienveillance. Car oui, les méditants peuvent ressentir de la colère ou de la tristesse, mais ils ne se laissent plus dévaster par elles.

4ème fausse idée : « Les personnes qui méditent s’isolent des autres » : la figure du moine assis seul, les yeux fermés, est sans doute pour beaucoup dans cette idée fausse. En se connectant pleinement à ses ressentis, à ses émotions, en prenant conscience de la nature de ses pensées, le méditant apprend à se connaitre, à voir ses schémas de réactivité face au monde, il devient plus conscient aussi de ce qu’il se passe en lui, mais aussi autour de lui. Certaines personnes qui s’engagent dans cette pratique le font parfois pour se couper du monde, pour ne plus avoir à faire avec les autres, parce qu’ils sont déjà mal avec eux-mêmes, ils ne supportent pas la façon dont ils réagissent face aux autres. Les méditants qui s’engagent de cette manière sur le chemin, sont dans une erreur monumentale, c’est en se confrontant aux autres et en apprenant comment entrer en relation avec de façon différente qu’on devient sage. Pas en se coupant du monde.

5ème fausse idée : « Méditer peut remplacer une thérapie » : je pense que c’est là l’erreur la plus dangereuse. Si vous vous engagez dans cette voix en pensant que vous allez régler tous vos problèmes, non seulement vous vous tromper, mais vous risquez au contraire d’aggraver encore votre mal être. Se confronter à ses réactions, ses pensées, ses états intérieurs demandent d’avoir une stabilité psychologique suffisante pour pouvoir faire face à ce qu’on va découvrir. Vous pouvez vous apercevoir que vous ne supportez plus qui vous êtes, votre femme, vos enfants, votre travail. Si vous n’avez pas quelqu’un pour vous accompagner en dehors de la pratique, cela risque de vous détruire. Par contre, la méditation peut être un excellent accompagnement, car vous découvrirez vos modes de pensées et de réactivité, et vous serez alors à même d’en parler avec votre thérapeute. 

J’espère que cela vous éclairera sur cette merveilleuse pratique,

Bonne pratique !

 

 

Si vous avez aimé cet article, alors je vous invite à découvrir une formation transformante, qui est reconnue scientifiquement depuis plus de 40 ans, pour la gestion du stress : le cycle MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction). Il vous suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous pour connaitre ce magnifique parcours :

Écrire commentaire

Commentaires: 0