Renforcer son système immunitaire

Rhumes à répétition, fragilité, fatigue.

Votre système immunitaire est peut-être fragilisé. Et si vous mettiez en place des habitudes pour renforcer votre système immunitaire naturellement?

C’est ce que nous allons voir dans cet article. Mais d’abord, faisons un petit tour d’horizon sur les caractéristiques du système immunitaire.

Qu’est ce que le système immunitaire

Le système immunitaire est constitué d’un ensemble d’éléments qui œuvrent pour nous défendre des agressions externes. Ses composants vont agir pour reconnaître le soi du non soi, en détruisant les éléments pathogènes (virus, bactéries, parasites, etc.). Lorsqu’il se dérègle, nous sommes plus sensibles aux infections, et nous pouvons même déclencher des maladies auto immunes.

Toutefois, il est possible de renforcer son système immunitaire, et nous allons voir comment.

Les signes suivants doivent amener à se poser la question sur la stabilité du système immunitaire : fatigue persistante, mauvaise cicatrisation, infection à répétition (le rhume de l’hiver n’est absolument pas physiologique).

L’âge a aussi une influence sur le système immunitaire : un nouveau-né n’a pas encore un système immunitaire mature, et la personne âgée a souvent une perte de ces capacités immunitaire, d’autant plus si son alimentation est pauvre en bons nutriments.

Il est divisé en deux parties : l’immunité innée et l’immunité acquise.

Les réponses du système immunitaire, deux moyens d’action :

Cette réponse est dite non spécifique, car elle ne dépend pas de l’agent qui nous attaque, c’est la première ligne de défense  de l’organisme.

Elle agit grâce :

A la barrière physique :

  • La peau grâce à son pH : son acidité constitue une excellente barrière. De plus elle est recouverte de bonnes bactéries. C’est la raison pour laquelle une hygiène excessive n’est pas forcément une bonne chose.
  • Les muqueuses : recouvertes de mucus et de cils, empêchant la pénétration des bactéries dans l’organisme.

A l’inflammation qui permet d’inactiver les agresseurs et de réparer les tissus.

Aux interférons qui sont des glycoprotéines empêchant la multiplication des virus, stimulant les cellules immunitaires

La réponse immunitaire spécifique :

Elle agit grâce aux lymphocytes, qui sont des globules blancs. Il en existe deux sortes :

  • Les lymphocytes B : ils produisent des anticorps, point de départ de la destruction des pathogènes.
  • Les lymphocytes T : qui détruisent directement les cellules infectées, ou qui renforce l’immunité.

Cette réponse immunitaire se développe au fil des années, quand l’organisme rencontre des agents pathogènes. L’organisme garde en mémoire sa première rencontre avec l’agent pathogène, et est ainsi plus efficace lors de la deuxième présentation.

Le système immunitaire peut se dégrader en créant une réaction excessive ou insuffisante. Si par mauvaise reconnaissance, il s’attaque aux cellules de l’organisme, on déclenche alors une maladie auto-immune.

Et s’il y a un défaut du système immunitaire, on peut alors développer des maladies plus ou moins graves.

Les organes du système immunitaire :

  • La moelle osseuse et le thymus : ce sont eux qui vont fabriquer les globules blancs.
  • La rate : c’est notre réserve à lymphocyte (une variété de globules blancs)
  • Les ganglions et les tissus lymphoïdes : les ganglions abritent les cellules immunitaires pendant leur maturation, et les tissus lymphoïdes recouvrent la face interne des muqueuses et sont recouvertes d’agents protecteurs.
  • Le foie : il va recevoir un apport sanguin très important de l’intestin et de la rate, via la veine porte. Il filtre un nombre très important de molécules, mais aussi il maintient l’efficacité des lymphocytes. Il va également aider à la synthèse d’un certain nombre de vitamines, indispensables pour nous assurer une bonne défense immunitaire.
  • L’intestin : il contient un nombre important de bactéries, avec une variété qui maintient les agents pathogènes à distance. Les cellules épithéliales ont la capacité de détruire ou d’inhiber la croissance des bactéries et des levures. Comme vu ci-dessus, l’intégrité de sa muqueuse nous assure aussi une bonne protection.

Les astuces pour préserver et renforcer son système immunitaire:

L’alimentation :

Aujourd’hui les aliments sont souvent pauvres en nutriments, l’agriculture conventionnelle ayant appauvri les sols. L’agriculture biologique est donc à privilégier quand cela est possible, ou au moins pour les aliments les plus couramment consommés.

  • Limiter les produits sucrés et ceux à index glycémiques élevés (aliments sucrés, céréales raffinées),
  • Usez et abusez des aliments riches en vitamine C : agrumes, kiwi, brocolis, poivrons, choux et ajoutez de l’ail, échalotes et oignons à vos préparation.
  • Consommez des protéines en quantité suffisante, si possible de qualité bio. Si vous ne consommez pas de viandes, pensez aux oeufs, oléagineux, légumineuses.
  • Ajoutez des aliments riches en oméga 3 : petits poissons gras (sardines, maquereaux, anchois), huile de colza, de lin ou de noix.
  • Limiter la cuisson, surtout celle à haute température, qui détruit les vitamines, surtout la vitamine C. Tous les légumes peuvent être consommés crus, hormis les poireaux, les aubergines, et certaines courges.
  • Limitez les aliments transformés, bourrés d’additifs en tous genre, et pauvres en nutriments essentiels.

Tous ces conseils devant bien sûr être adaptés à chacun selon ses moyens, sa digestion, ses carences éventuelles.

Parfois une supplémentation en micronutriments correctement dosés est nécessaire.

L’activité physique :

Des études ont montré qu’une personne qui fait du sport modéré 5 fois par semaine avait 3 fois moins de rhumes que les personnes qui pratiquent une activité intense une fois par semaine. Il faut donc privilégier la pratique modérée mais régulière.

Gérer son stress :

La production de cytokines (qui interviennent dans l’immunité) est altérée lors de stress prolongé.

Vous connaissez tous l’ulcère du PDG stressé, ce mécanisme vient du fait que lors d’un stress, les fonctions digestives sont mises au repos, pour permettre au corps de réagir face à l’événement stressant. De plus, à force de mobiliser les ressources pour gérer son stress, le transit et la digestion peuvent se trouver altérés.

Hygiène de vie :

  • Se laver régulièrement les mains, pendant au moins 20 secondes avec du savon.
  • Rire, chanter, écouter de la musique : fait augmenter le taux d’anticorps.
  • Dormir suffisamment : le manque de sommeil fait baisser certaines familles de globules blancs.

Chouchouter son foie :

En lui épargnant tous les produits de synthèse (médicaments non indispensables, additifs, arômes artificiels, sucres et aliments raffinés, alcool, gras saturés), en le soutenant par des plantes (artichaut, gentiane, chardon marie, desmodium, radis noir).

Préserver son intestin :

Eviter les antibiotiques et les médications de synthèse quand cela est possible, manger suffisamment de fibres (elles vont nourrir la flore intestinale), lutter contre la constipation, mâcher suffisamment, boire au moins un litre d’eau peu minéralisée. S’assurer d’avoir un bon transit (une selle moulée par jour minimum).

Tous ces conseils sont à adapter selon la vitalité et les possibilités de chacun, mais la mise en place de certaines règles peut aider à renforcer son système immunitaire, pour le rendre plus fort.

Prenez soin de vous,

Isabelle

PS : ces conseils ne doivent pas si substituer à un avis médical.

PS2 : Si vous voulez être accompagné, prenez rendez-vous, et nous verrons ensemble comment renforcer votre système immunitaire.

Renforcer son système immunitaire naturellement
Partagez sur les réseaux :

Laisser un commentaire